Résistance aux antibiotiques

Résistance aux antibiotiques

Le problème avec les antibiotiques est que les bactéries finissent par les surpasser !

Quiconque a une la VB (vaginose bactérienne) sait à quel point cela peut être gênant et gênant. Jusqu’à récemment, vous n’aviez d’autre choix que de consulter votre professionnel de la santé et obtenir une ordonnance d’antibiotiques par voie orale (500 mg de métronidazole deux fois par jour pendant 7 jours) ou d’une application d’antibiotiques vaginaux (gel à 0,75% de métronidazole ou crème à la clindamycine à 2%). Si une vaginose bactérienne récurrente était diagnostiquée, un traitement prolongé d’antibiotique traitement antibiotique prolongé, généralement de 4 à 6 mois, était généralement recommandé.

Implications d’une utilisation excessive d’antibiotiques

Il est à noter que même si la prophylaxie avec les des antibiotiques est efficace la plupart du temps efficace pour éviter la VB, l’utilisation d’antibiotiques pour prévenir la VB peut avoir de erieux inconvénients. A lors que les antibiotiques éliminent les mauvaises bactéries pouvant causer des infections urinaires, les antibiotiques éliminent également les bonnes bactéries dont nous avons besoin pour maintenir un vagin équilibré. Sans les bonnes bactéries, votre vagin est plus à risque de développé d’autres infections bactériennes ou à levures.

Avec le temps, une surutilisation des antibiotiques peut conduire à une résistance bactérienne. Plus vous prenez fréquemment d’antibiotiques pour une infection, plus il est probable que les bactéries développent une résistance à ces antibiotiques, ce qui réduit les chances que le traitement soit efficace la prochaine fois.

En fait, le taux de guérison rapporté des BV par les antibiotiques a diminué, passant de plus de 90% des cas lorsque le métronidazole a été utilisé pour la première fois à environ 50% à 80% des cas.1

Ainsi, bien que les antibiotiques soient certainement une méthode de prévention de la VB attrayante pour une personne qui en souffre à répétition, notons que la surutilisation d’antibiotiques peut entrainer des risques et des effets secondaires à long terme.

Bonne nouvelle, il existe maintenant une approche sans antibiotiques pour gérer les infections à VB tant aiguës que récurrentes…. GYNALAC… cliniquement prouvé pour arrêter les infections à VB! Lire la suite…

La prévention est toujours le meilleur moyen d’éviter les récidives de VB 

Le risque de résistance aux antibiotiques est la principale raison pour laquelle la plupart des professionnels de la santé se tournent maintenant vers des approches sans antibiotiques pour traiter les cas récurrents ou chroniques de BV et tentent même de les prévenir avant qu’ils ne commencent.

GYNALAC:
  • Aide à soulager les symptômes de la vaginose bactérienne
  • Prévient les récidives de vaginose bactérienne
  • Élimine les odeurs et les pertes vaginales anormales
  • Soulage les démangeaisons, la sécheresse et les sensations de brûlure
  • Restaure la flore vaginale grâce au rétablissement du pH physiologique normalement acide menant à une :
    • Réduction des bactéries pathogènes (mauvaises bactéries)
    • Augmentation des lactobacilles endogènes protecteurs (bonnes bactéries) qui forment une défense naturelle importante contre les infections
  • Est cliniquement prouvé pour être efficace dans l’élimination des pertes vaginales anormales et des odeurs
  • Est une solution préventive éprouvée pour restaurer le pH naturel du vagin et prévenir la récidive de VB

C’est une nouvelle époque… Vous avez maintenant les moyens de maîtriser la situation et de retrouver votre confiance.

Ne laissez pas les odeurs vaginales prendre le dessus. Les odeurs vaginales sont causées par un déséquilibre du pH, et non par une mauvaise hygiène. Si vos odeurs vaginales vous gênent, reprenez le contrôle et retrouvez une sensation de fraîcheur et de confiance. Vous avez maintenant les moyens d’éliminer les odeurs vaginales en luttant contre la racine du problème de façon naturelle.

——

Référence:
1. Joesoef MR, Schmid GP, Hillier SL. Bacterial vaginosis: review of treatment options and potential clinical indications for therapy, Clin Infect Dis , 1999, vol. 28 (pg. 57-65) Google ScholarCrossrefPubMed